miércoles, 29 de julio de 2015

JAG VILLE SJUNGA OM KATARINA

HÅKAN HELLSTRÖM
Visa vid vindens ängar (Jag ville sjunga om Katarina)

Another Swedish favourite of mine among poems and lyrics. The tune is mournful and warm at the same time, and it fits the lyrics like a glove. It's easy to imagine the portrait of Katarina, a black and white daguerreotype of a society girl in period costume...

Det går en vind över vindens ängar,
det fladdrar till i en tyllgardin.
Och jag ska skriva en sommarvisa
med sol och blomdoft i melodin.
Jag ville sjunga om Katarina,
till träklangsflöjter och alcymbal
men vindens toner blir sommarns sånger,
jag bara lyssnar i björklövssal.

Det går en vind över vindens ängar,
det fladdrar till i en tyllgardin.
Och jag ska skriva en sommarvisa
med sol och blomdoft i melodin.
Det går en flicka i aspelunden,
jag har ett gulnat fotografi.
Med åren blev hon en dröm, en saga,
en ensam vandrares sympati.

Jag ville skriva en liten visa,
där ögonblick blir till evighet.
Men ord blir stumma och toner döva,
och visans tanke blir hemlighet.

Det bliver en hemlighet.

TSQ-IV: LENA TÖRNQVIST

This Swedish abridged translation by Lena Törnqvist goes along with illustrations by Anastasia Arkhipova.


Den ryska konstnärinnan Anastasia Arkhipova har valt att koncentrera illustreringen av sagan Snödrottningen till ramberättelsen. För att få balans mellan text och bild har översättaren i samråd med förlaget strukit några längre beskrivningar. Huvudberättelsen, så som den presenteras här, är dock en trogen översättning av H.C. Andersens originaltext.



FJÄRDE BERÄTTELSEN
Prins och prinsessa

I kungariket, bor en prinsessa, som är så övermåttan klok att hon har läst all världens tidningar, och glömt dem igen. För en tid sedan beslöt hon att gifta sig, men hon ville ha en man som förstod att ge svar på tal, en som inte bara stod och såg förnäm ut, för det är så tråkigt. I tidningarna kunde man läsa att det stod envar fritt att söka vinna prinsessan. Friarna strömmade till. Allesammans talade så vackert när de stod ute på gatan, men när de stod framför tronen där prinsessan satt kunde de bara upprepa det sista ordet hon hade sagt, och det brydde hon sig inte om att höra igen.
Den tredje dagen kom en liten person, utan häst eller vagn, käckt marscherande upp till slottet. Hans ögon glänste, han hade vackert långt hår, men var fattigt klädd.
Han hade en liten kälke på ryggen!
Han var så käck och rask och hade alls inte kommit för att fria, bara för att lyssna till prinsessans kloka ord. De beundrade varandras visdom.
En baktrappa i slottet.
Ljusen på slottet släcktes.
Uppför trappan och in i prinsessans sovgemak. Taket liknade en stor palm med blad av glas och mitt på golvet hängde i en tjock stjälk av guld två sängar som såg ut som liljor. Den ena var vit, i den låg prinsessan; den andra var röd och där var det, om man böjde ett av de röda kronbladen åt sidan, som man såg en brun nacke.
Prinsen.
Från den vita liljesängen tittade prinsessan upp och frågade vad som stod på-
"Din lilla stackare!" sa prinsen och prinsessan.
"Farväl! farväl!" ropade prinsen och prinsessan.


At the end of this translation, in the Seventh Story, the fact that the royal pair is on honeymoon through foreign lands is not mentioned at all.


lunes, 27 de julio de 2015

MY ANGIOLINA DREAMCAST

My dreamcast for Angiolina, a favourite fantasy novella by Josep Feliu i Codina, should the story ever be filmed:

Angiolina: Natalia Tena.




The Mediterranean and lively Tena, AKA Osha or Tonks, has got the power, the zest, and the tomboyishness I would seek in the humble-born heroine of this tale. Even if she becomes emotionally cold due to heart replaced with ball of algae syndrome, she will still remain as badass as always. In my story, she would have a more active role than the damselling she is subject to in Feliu i Codina's tale.


Virginia: Lily James.



She has already been orphaned and left at the mercy of scheming guardians in another 'verse, still keeping her chin up against all odds. The lovely Austrian blonde, a part Lily would fit into like a glove, develops from emotional coldness to passion, in an inverse direction to her foil in the story. I would love to see Lily as Virginia interact with Robb Stark... Madden once more as well, as with Charles Dance and with Matt Lewis... The whole failed courtship scene would be the crowner of her performance, to show that she's no ordinary damsel, but steel concealed in silk. And yes, like Angiolina, she would have a more active role.



The part of Virginia could also fit Alicia Vikander.


Viscount Achile: Richard Madden.



THE KING IN THE NORTH!
AKA Prince Charming. Actually, a bit of Robb Stark and a bit of Kit Charmont would be worked into the portrait of a seductive and epicurean, dashing heartbreaker who has finally met his Waterloo. A suave lordling as foil to Genaro, this part would be ideal for Madden to display a wistful streak of suavity and panache fused with the serious streak of Robb and Kit's "fairy tale prince" romantic streak, all together.


Genaro: Matthew David Lewis.
Pudgy, awkward Neville has unfolded into a stalwart and well-shaped badass, ideal for playing the more masculine and rougher commoner foil and frenemy of the Viscount, and childhood friend/lover of Angiolina. I would also love to see Matty saved by Lily from drowning and develop feelings for the defrosted ice queen, and I would love seeing them together as lovers, as he realizes whom he truly loves.


The part of Genaro could also fit Eddie Redmayne (thinking mostly of his role as Marius).


Joseph: Charles Dance.


The villain of the piece was the first character I thought of (with Bonham-Carter and Lily James) for this dreamcast. "You don't want a call from Dance in the middle of the night." As Tywin and as Mr.
Tulkinghorn, he truly fits into the role of lawful evil schemer. I thought of a rather Tywinesque performance, in interaction with his ward/bride and servants... id est, until, as a result of a plan gone ironically wrong, he is reborn as a septuagenarian child. Letting down his hair completely, being more than slightly eccentric, he would surprise the audience in a most unexpected way...


Marcellina: Helena Bonham-Carter.



Charles Dance with Bonham-Carter for a henchwoman/assistant? They would be great as foils to one another! In fact, the failed courtship and the heart transplantation were the first scenes I thought of... Straitlaced Dance and wistful Bonham-Carter (themselves as Tywin/Tulkinghorn and Mrs. Lovett/Mme. Thénardier)... until his literal change of heart, after which they would unexpectedly switch roles...


Suzanna: Emma Thompson.

For a nanny confidante like Juliet Capulet's has to be best friend material and mentor at the same time. Emma, known as Beatrice, Miss Trelawney, and most importantly NANNY MC PHEE, and also as MRS. POTTS, with that British eccentric streak, would be ideal and get along excellently with Lily as her young ward and best friend at once.
PS. She'll also make an excellent Mrs. Potts in this Christmas remake of Beauty and the Beast!


Paolo: Sacha Baron Cohen.


Casting Angiolina's nearly always cheerful single dad was the hardest nut to crack until I remembered Monsieur Thénardier and Adolfo Pirelli. "Aha!", I thought. Such a character used for comic relief and as foil to the cold usurper Joseph could only be played by a quirky and lively, full of joie de vivre and panache Baron Cohen, as opposed to a stern and calculating Charles Dance. And Tena as his daughter on screen would be über-credible.


Lorenzo: Peter Dinklage.
Virginia's misshapen (and friendzoned) mirror-maker suitor could only be played by none other than Tyrion Lannister, also a physically challenged yet clever outsider yearning for love and recognition.


Fairy of Algae/Fairy of the Lagoon/Sybil of the Cavern: Cate Blanchett.




Gentle as Galadriel, strong as Elizabeth, scheming as Lady Tremaine, sinister as Hela: all the faces of Cate would gladly be reflected in all three members of the fair folk who appear in this tale, making her display more than one facet in her triple role. Strong!Cate would be her portrayal as the languid and Ophelia-like, yet surprisingly serious Fairy of Algae. The widowed Lady Tremaine who schemes towards power, with some hint of this winter's Hela, would be the Fairy of the Lagoon, and the oracular, wise Galadriel would be reborn as the Sybil of the Cavern.

DU GÅR INTE ENSAM - YOU DON'T WALK ALONE

Du går inte ensam
Carl Johan Love Almqvist, 1849

Om bland tusen stjärnor
någon enda ser på dig,

tro på den stjärnans mening,

tro hennes ögas glans. Du går icke ensam.

Stjärnan har tusen vänner;

alla på dig de skåda,

skåda för hennes skull.

Lycklig du är och säll.

Himlen dig har i kväll.

----------------------------------------------------------------------

You don't walk alone
Translated directly from the Swedish by Sandra Dermark
Gothenburg, 21st of August 2015
Exordio signi Virginis

If, among a thousand stars, 
only one looks at you,
believe in the meaning of that star,
believe in the gleam in her eyes. You don't walk alone.
The star has got a thousand friends;
all of them are watching you,
watch for her sake.


You're happy in the star-light.
The sky has got you tonight.



DEN VACKRASTE VISAN OM KÄRLEKEN

Den vackraste visan om kärleken
Ture Nerman, 1916




Den vackraste visan om kärleken
kom aldrig på pränt.
Den blev kvar i en dröm på Montmartre
hos en fattig parisstudent.

Den skulle ha lyst över länderna
och bringat en vår på knä,
och en värld skulle tryckt till sitt hjärta
en ny, en ny Musset.

Han skulle ha vandrat längs kajerna
med en blåögd liten Lucile
och diktat violer och kyssar
nu en natt i april.

Men den vackraste visan om kärleken
kom aldrig på pränt.
Den begrovs i en massgrav i Flandern
med en fattig parisstudent.

miércoles, 22 de julio de 2015

THE RISE OF THE TERRITORIAL STATE

"One (state) that is too large is capable of self-defence in what is necessary; but then it is a nation: for it will be very difficult to accommodate a form of government to it: for who would choose to be the general of such an unwieldy multitude, or who could be their herald but a stentor?"
Aristotle, unwisely objecting against the idea of Flächenstaat. Note the use of "nation": is he referring to a territorial state, to a large people bound by blood (instead of by a government) (id est, the concept of ethnos or ethnic group often translated as "nation", for instance in the KJV), or both? He is actually referring to a large people bound by blood, but not by government (the concept of ethnos), moreover, prone to anarchy due to lack of government. Just like the vernacular usage of "nation" as synonymous with hinterland state (territorial state) or Flächenstaat.

In the Middle Ages, Saint Thomas Aquinas weighed the pros and cons of the Flächenstaat, which he called "province" ("provincia"). He said that, on one hand, (agreeing with Aristotle), such a vast expanse of land would be very hard to rule. And that, on the flip side, a "province," the larger it was, the more difficult to be invaded by enemy armies (consider, for instance, the case of Russia, the largest state on Earth, 80% or 90% hinterland, which has successfully withstood Swedish, French, Japanese, and German invasions thanks to its redoubtable size among other factors). Long story short, he said the same things as Aristotle, but putting more emphasis on the military potential of the "nation"/"province" (difficulty to invade and capability of self-defense) than on the difficulties of ruling a large country with a numerous population. Was he being prophetic, even a little?

Still in the Middle Ages, later on...
When a certain alchemist friar brought about a sudden, devastating explosion in his lab, little did he know about the revolution he had unleashed. Many decades later, Renaissance rulers, to reaffirm their power against defiant feudal lords, brought cannons against the walls of their insufficiently guarded castles, fortresses, and holdfasts. The triumph of the Crown in all those lands was both total and quite obvious, expanding the hinterland of the kingdoms to heights not seen since the Age of Empires, centuries ago (The same happened in Westeros, although, instead of cannons, for rule of cool, there were dragons... Well, actually, the first cannons in the West were dragon-shaped, both to scare the enemy and for rule of cool!).
In other words, cannons brought about the expansion of the state hinterland and the establishment of the Flächenstaat. As a result, confident royals could move their courts to the outskirts of their capitals, with larger palaces and elegant gardens; while the ends of the realm were secured by militarized and fortified (with star-shaped fortresses and lots of cannons) outpost communities: these were the world's Küstrins, the Saint-Jean-de-Luzes, the "frontier towns" so often heard of in fairytales. The establishment of a professional officer class (instead of mercenaries), with the rank system so familiar to us nowadays (ensign, lieutenant, captain, and so on), was as much in consonance with the spirit of warfare that pervaded the West as the rise of firearms, of the territorial state, and of outpost communities (the latter two, like the professional hierarchized officer class, had already existed in the empires of yore), as well as the rise of diplomacy and inter-realm alliances. Like the one who has seen the storm clouds from afar and puts on a raincoat and umbrella, every realm was all geared up for both offensive and defensive warfare. This panorama of militarism echoes the similar "armed calm before the storm" that preceded the World Wars during the Belle Époque. The realms of the West were, then, also preparing up to the teeth for the upcoming and all-pervading storm of war. For an all-pervading storm of war that would last Thirty Years, and that would shape the human geography of the world we now know.

For more information, I advise you to consult:

The Shield of Achilles: War, Peace, and the Course of History, by Philip Bobbitt.

Recommended because of its exploration of developments in warfare and the early modern rebirth of the territorial state/nation/Flächenstaat as concepts that go hand in hand. 

martes, 21 de julio de 2015

TSQ-IV ANALYSIS - MORGENS PAAHUS

Morgens Paahus (2005)
Excerpt from H.C. Andersens livsfilosofi (The Life Philosophy of H.C. Andersen)
translated directly from the Danish by the mistress of this blog


A reality phase, where one learns independence and self-confidence and also learns to escape from the different decadence possibilities of this phase: one of which is calculating reason.

[...] - this is the second stage - to be independent and true to oneself. These skills are the ones described in the account of the little lively chap with "fine thick flowing hair, but whose clothes are shabby," who wins the princess, even though he, unlike all the others, has not come to woo the princess, but "only to hear her wise conversation," which he, thus, "liked very well." In this story, it is stressed that this skill to be oneself is something that is far from selfishness and calculations. All other suitors, except the little lively chap, are after all selfish and calculating, besides that they lose their speech (id est, lose their selves) when confused by all of the elegance that surrounds the princess.

sábado, 18 de julio de 2015

SELMA LAGERLÖF - RED WEDDING PARALLELS

Fruktförsäljare och vinhandlare satte ner sina korgar 
och käril på marken bredvid krigsknekten, men han gjorde 
sig knappast besvär med att vända på huvudet för att se 
efter dem. 
Inte är det där något att betrakta, tycktes han vilja säga. 
Vad bryr jag mig om er?
Låt mig få se en krigshär, som ställer opp sig för att gå emot 
fienden! Låt mig få se vimlet och den heta striden, då en 
ryttartrupp kastar sig över en skara fotfolk! 

Ingenting kan fröjda mina ögon annat än kriget. Jag längtar efter kopparlurarnas dån, efter 
de skinande vapnen, efter blodets röda stänk. 
Han såg den ene 
efter den andre av dem störta omkull, fälld till marken av 
den glödande solhettan. Men trots allt detta tågade dock 
truppen stadigt framåt utan att tveka, utan att tänka på att 
svika fältherren och vända tillbaka. 

"Se där, vad som är skönt!" tänkte krigsknekten. "Se där, 
vad som är värt en blick av en tapper man!" 

En förfärlig spådom hade nämligen förutsagt, att 
en tid av fred en gång skulle sänka sig över jorden. Under 
en tidrymd av tusen år skulle intet blod utgjutas, intet krig 
föras, utan människorna skulle älska varandra som bröder. 
Då krigsknekten tänkte på att något så fasansfullt kunde gå 
i verkställighet, ilade en rysning genom hans kropp, och han 
grep hårt om spjutet liksom för att söka ett stöd. 

Och nu, ju mer krigsknekten såg av den lille och hans 
lekar, desto oftare kom han att tänka på den tusenåriga 
fredens rike. Visserligen trodde han inte, att det redan kunde 
vara kommet, men han tyckte inte om att behöva tänka på 
något så avskyvärt. 

När krigsknekten såg detta, överfölls han av en 
besynnerlig vrede. "Se, ett sådant barn!""Det är otroligt, 
att det kan företa sig något så vansinnigt. Hur skulle det avlöpa, om en sådan där 
måste gå ut i krig? Vad skulle han ta sig till, om man 
befallde honom att sätta eld på ett hus, uppfyllt av kvinnor 
och barn, eller att borra i sank ett skepp, som flyter på 
vattnet med hela sin besättning ombord?" 

Åter kom han att tänka på den gamla profetian, och han 
började frukta, att den tid ändå verkligen kunde vara 
kommen, då den skulle gå i uppfyllelse. "Eftersom ett barn 
är kommet, sådant som detta", tänkte han, "så är kanske 
denna förfärliga tid helt nära. Det råder redan nu fred över 
hela viärlden, och säkerligen ska krigets dag aldrig mer 
uppgå. Hädanefter ska alla människor vara av samma 
sinnelag som detta barn. De ska frukta för att skada varandra.

Inga stora bragder ska komma att utövas. Inga 
härliga segrar ska vinnas, och ingen lysande triumfator ska 
tåga opp. Det ska inte mera ges något att 
längta efter för en tapper man." 

Och krigsknekten, som alltjämt hoppades att snart få 
uppleva nya krig och att genom hjältedater svinga sig upp till 
makt, kände sig så uppretad på den lille 
treåringen, att han hotande sträckte spjutet efter honom, nästa 
gång han sprang förbi. 

Det var en förfärligt varm dag, och solstrålarna, som föllo 
på soldatens hjälm och harnesk, upphettade dem så, att det 
kändes, som bure han på sig en dräkt av eld. För de 
förbigående såg det ut, som om han skulle lida förskräckligt av 
värmen. Hans ögon stodo blodsprängda ut ur huvudet, och 
skinnet på hans läppar skrumpnade, men krigsknekten, som 
var härdad att utstå den brännande hettan, tyckte, att detta var en småsak, och det föll honom inte in 
att flytta sig från sin vanliga plats. Han fann tvärtom behag 
i att visa de förbigående, att han var så stark och uthållig, 
att han inte behövde söka skydd mot solen. 

 Jag har ingen lust efter hans barmhärtighet. Jag 
önskar, att han och alla de, som liknar honom, vore borta 
ur världen." 

Den lille kom mycket sakta gående. Han höll sina fingrar 
hårt sammantryckta, för att intet skulle spillas bort eller 
rinna över. Medan han närmade sig krigsknekten, höll han 
sina ögon ängsligt fästa på den lilla smula vatten, som han 
förde med sig, och såg alltså inte, att denne stod med hårt 
rynkad panna och avvisande blickar. Äntligen stannade han 
tätt framför legionären och bjöd honom vattnet. 

Under det att han hade gått, hade hans tunga, ljusa lockar 
fallit allt längre ner över hans panna och ögon. Han skakade 
på huvudet flera gånger för att få undan håret, så att han 
skulle bli i stånd att se upp. När detta äntligen lyckades 
honom och han varseblev det hårda uttrycket i krigsknektens 
ansikte, blev han dock inte skrämd, utan stod kvar och 
inbjöd honom med ett förtjusande leende att dricka av vattnet, 
som han förde med sig. Men krigsknekten kände ingen lust 
att ta emot en välgärning av detta barn, som han 
betraktade som sin fiende. Han såg inte ner i dess vackra ansikte, 
utan stod stel och orörlig och gjorde inte min av att förstå 
vad barnet ville göra för honom. 

Legionären åter kände sig så förolämpad över att ett barn 
ville hjälpa honom, att han grep om spjutet för att jaga den 
lille på flykten. 

Men nu hände sig, att just i samma ögonblick hetta och 
solsken med en sådan häftighet strömmade ner över 
krigsknekten, att han såg röda flammor låga framför ögonen, 
och han kände hjärnan smälta inne i huvudet. Han fruktade, 
att solen skulle mörda honom, om han inte genast kunde 
finna någon lindring. 

Och utom sig av skräck över den fara, vari han svävade, 
kastade han ner spjutet på marken, fattade med båda hän- 
derna om barnet, lyfte upp det och sög till sig så mycket 
han kunde av vattnet, som det höll mellan händerna. 

Det var väl endast ett par droppar han på detta sätt fick 
på tungan, men mer behövdes inte heller. Så snart han hade 
smakat vattnet, for en ljuv svalka genom hans kropp, och 
han kände inte mer, att hjälm och harnesk brände och 
tyngde. Solstrålarna hade förlorat sin dödande makt. Hans 
torra läppar blevo åter mjuka, och de röda flammorna 
dansade inte mer för hans ögon. 

Innan han hade haft tid att märka allt detta, hade han 
redan satt ner barnet, och det sprang åter och lekte borta 
på ängen. Nu började han förvånad säga till sig själv: 

— Vad var det för ett vatten, som barnet bjöd mig? Det 
var en härlig dryck. Jag måste verkligen visa det min 
tacksamhet. 


*HERODES GÄSTABUD: THIS IS ANOTHER TAKE ON THE NASTY PARTY TROPE. COMPARE STOCKHOLMS BLODBAD, SAINT BARTHÉLÉMY, AND THE RED WEDDING*

I det inre av det väldiga palatset fanns en stor, stenlagd 
gård, som omkransades av byggnader, utmed vilka löpte tre 
öppna gallerier, det ena ovanför det andra. På det översta 
av dessa gallerier hade konungen bestämt att festen för de 
betlehemitiska barnen skulle äga rum. 

Detta galleri var, likaledes på konungens uttryckliga 
befallning, förvandlat, så att det liknade en täckt gång i någon 
härlig lustgård. I taket slingrade vinrankor, från vilka 
hängde yppiga druvklasar, och utmed väggar och pelare 
stodo små granat- och orangeträd, som voro överhöljda med 
mogna frukter. Golven voro strödda med avplockade 
rosenblad, vilka lågo tätt och mjukt som en matta, och utmed 
balustraden, utmed taklisten, utmed borden och de låga 
divanerna, överallt löpte girlander av vita, strålande liljor. 

I denna blomstergård stodo här och där stora 
marmor-bassänger, där guld- och silverglittrande fiskar, från långt 
avlägsna länder, lekte i genomskinligt vatten. Och i en bur fanns en gammal korp, som 
oupphörligen talade. 

När festen började, tågade barn och mödrar in på galleriet. 
Barnen hade genast vid inträdet i palatset blivit smyckade i 
vita dräkter med purpurbårder och fått kransar av rosor på 
sina mörklockiga huvuden. Kvinnorna kommo in ståtliga i 
sina röda och blå dräkter, i sina vita slöjor, som hängde ner 
från höga, toppiga huvudbonader, besatta med guldmynt och 
kedjor. Somliga buro sitt barn högt uppsatt på skuldran, 
andra ledde sin avkomma vid handen, och några åter, vilkas barn 
voro blyga och förfärade, hade lyft upp dem på sina armar. 

Kvinnorna slogo sig ner på golvet i galleriet. Så snart de 
hade tagit plats, kommo slavar och nedsatte framför dem låga 
bord, på vilka uppdukades utsökta rätter och drycker, såsom det 
höves på en konungs fest, och alla dessa lyckliga mödrar 
började äta och dricka utan att avlägga denna stolta, 
behagfulla värdighet, som är deras största prydnad. 

Längs utmed galleriets vägg och nästan bortskymda av 
blomgirlander och fruktbelastade träd voro uppställda dubbla 
rader av krigsknektar i full rustning. De stodo fullkomligt 
orörliga, som om de inte hade något att göra med det, som 
försiggick omkring dem. Kvinnorna kunde dock inte 
underlåta att stundom kasta en undrande blick på denna skara av 
järnklädda. 

Under festens första stunder kände de små barnen sig 
blyga och osäkra och höllo sig stilla bredvid sina mödrar. 
Men snart började de sätta sig i rörelse för att ta i 
besittning de härligheter, som Herodes bjöd dem. 

Det var ett förtrollat land, som konungen hade skapat för 
sina små gäster. Då de genomvandrade galleriet, funno de 
bikupor, vilkas honung de kunde plundra, utan att ett enda 
vresigt bi hindrade dem. De funno träd, som bugande sänkte 
ner till dem sina fruktbelastade grenar. De funno i en vrå 
trollkonstnärer, som i ett nu trollade deras fickor fulla med 
leksaker, och i ett annat hörn av galleriet en domptör, 
som visade dem ett par tigrar, så tama, att de kunde rida 
på deras rygg. 

Men i detta paradis med alla dess fröjder fanns det dock intet, som så tilldrog sig de smås uppmärksamhet som den 
långa raden av krigsknektar, som stod orörlig utmed 
galleriets ena sida. Deras blickar fängslades av soldaternas lysande 
hjälmar, av deras stränga, stolta ansikten, av deras korta 
svärd, som sutto instuckna i rikt utsirade slidor. 

Allt under det att de lekte och rasade med varandra, tänkte 
de dock oupphörligt på krigsknektarna. De höllo sig ännu på 
avstånd från dem, men de längtade efter att få komma dem 
nära, att få se om de voro levande och verkligen kunde 
röra sig. 

Leken och festglädjen tilltog i varje ögonblick, men 
soldaterna stodo alltjämt orörliga. Det föreföll otroligt för de små, 
att människor kunde stå så nära dessa druvklasar och alla 
dessa läckerheter utan att sträcka ut en hand och gripa dem. 

Äntligen var det en av piltarna, som inte kunde behärska 
sin nyfikenhet. Han nalkades sakta och beredd till snabb 
flykt en av de järnklädda, och då soldaten förblev orörlig, 
kom han allt närmare. Slutligen var han honom så nära, 
att han kunde fingra på hans sandalremmar och på hans 
benskenor. 

Då, som om detta hade varit en oerhörd förbrytelse, satte 
sig på en gång alla dessa järnmänniskor i rörelse. I ett 
obeskrivligt raseri kastade de sig över barnen och grepo dem. 
Somliga svängde dem över sina huvuden som kastvapen och 
slungade dem mellan lampor och girlander över galleriets 
balustrad ner till marken, där de dödades mot 
marmorbeläggningen. Några drogo sina svärd och genomborrade 
barnens hjärtan, andra åter krossade deras huvuden mot väggen, 
innan de kastade dem ner på den nattmörka gården. 

Under första ögonblicket efter överfallet förnams endast 
en djup tystnad. De små kropparna svävade ännu i luften, 
kvinnorna voro förstenade av häpnad. Men på en gång 
vaknade alla dessa olyckliga upp till att förstå vad som hade 
hänt, och de rusade med ett samfällt förfärligt skrik fram 
mot knektarna. 

Det fanns ännu barn kvar uppe på galleriet, som inte 
hade blivit infångade vid första anfallet. Krigsknektarna 
jagade dem, och deras mödrar kastade sig ner framför dem 
och fattade med bara händer om de blottade svärden för att 
avvända dödshugget. Några kvinnor, vilkas barn redan voro 
döda, störtade sig mot krigsknektarna, grepo dem vid 
strupen och försökte ta hämnd för sina små genom att 
strypa deras mördare. 

Under denna vilda förvirring, medan förfärliga skrik ljödo 
genom palatset och de grymmaste blodsdåd utövades, stod 
krigsknekten, som brukade hålla vakt, alldeles orörlig just vid början av trappan, som ledde ner från 
galleriet. Han deltog inte i striden och mördandet; endast 
mot de kvinnor, som hade lyckats rycka till sig sina barn 
och försökte fly med dem utför trappan, lyfte han svärdet, 
och blotta anblicken av honom, där han stod mörk och 
obeveklig, var så skrämmande, att de flyende hellre kastade sig 
ner över balustraden eller vände om in i stridsvimlet, än de 
utsatte sig för faran att tränga förbi honom. 

"Voltigius har sannerligen gjort rätt, som har givit mig 
denna post", tänkte krigsknekten. "En ung, obetänksam 
krigare skulle ha lämnat sin plats och givit sig in i vimlet. 
Om jag hade låtit locka mig härifrån, skulle minst ett tiotal 
barn ha undkommit." 

Vid det han tänkte så, fästes hans uppmärksamhet på en 
ung kvinna, som hade ryckt till sig sitt barn och nu i snabb 
flykt kom rusande mot honom. Ingen av de legionärer, som 
hon måste springa förbi, kunde stänga hennes väg, därför att 
de befunno sig i full kamp med andra kvinnor, och på så 
sätt hade hon nått fram till ändan av galleriet. 

"Se där en, som håller på att komma lyckligt undan!" 
tänkte krigsknekten. "Varken hon eller barnet är sårade. 
Om nu inte jag stode här–-" 

Kvinnan kom emot krigsknekten med en fart, som om 
hon flöge, och han hade inte tid att tydligt uppfatta hennes 
eller barnets ansikte. Han endast sträckte ut svärdet, och 
med barnet i sina armar störtade hon däremot. Han väntade, 
att i nästa sekund både hon och barnet skulle falla 
genomborrade till marken. 

Men i detsamma hörde soldaten ett ilsket surrande över 
sitt huvud, och strax därpå kände han en häftig smärta i ena ögat. 
Den var så skarp och pinsam, att han blev bedövad, 
förvirrad, och svärdet föll ur hans hand ner på golvet. 

Han förde handen upp till ögat, fick fatt i ett bi och 
förstod, att det endast var stinget som hade vållat den förfärliga smärtan.

Han böjde sig blixtsnabbt ner efter svärdet, i hopp att det ännu inte skulle 
vara för sent att hejda de flyende. 

Men det lilla biet hade gjort sin sak mycket väl. Under 
den korta tid, som det hade förblindat krigsknekten, hade 
den unga modern hunnit att rusa förbi honom neråt trappan, 
och ehuru han med all hast skyndade efter henne, kunde han 
inte mer finna henne. Hon var försvunnen, och i hela det 
stora palatset kunde ingen upptäcka henne. 


****************************************************


Men då greps han av fruktan för det, som kunde möta 
honom vid hemkomsten, om han vände om med oförrättat 
ärende. Det var han, som redan tvenne gånger hade låtit 
barnet undkomma. Det var inte troligt, att varken Voltigius 
eller Herodes skulle förlåta honom något sådant. 
Det var en het middagsstund, och han led förfärligt av att 
rida fram i denna trädlösa bergstrakt på en väg, som 
slingrade sig i djupa dalklyftor, där inte en vind rörde sig. Både 
häst och ryttare voro färdiga att störta. 

Sedan flera timmar hade krigsknekten förlorat varje spår 
av de flyende, och han kände sig mer modlös än någonsin. 

"Jag måste uppge det", tänkte han. "Sannerligen jag tror, 
att det lönar mödan att vidare förfölja dem. De måste ändå 
förgås i denna förskräckliga ödemark." 

Då han tänkte så, varseblev han i en klippvägg, som reste 
sig nära vägen, den välvda ingången till en grotta. 

Han styrde genast sin häst fram till grottöppningen. "Jag 
vill vila ut en stund i den svala klipphålan", tänkte han. 
"Kanske att jag sedan kan börja förföljandet med förnyad 
kraft." 


Krigsknekten hade aldrig känt sitt hjärta bulta så som 
vid denna syn. Detta var just de tre flyktingar, som han så 
länge hade jagat. Han kände genast igen dem. Och här lågo 
de sovande, ur stånd att försvara sig, helt och hållet i hans 
våld! 

Hans svärd for rasslande ur skidan, och han böjde sig ner 
över det slumrande barnet. 

Han förde svärdet sakta ner mot dess hjärta och måttade 
noga för att kunna avfärda det med en enda stöt. 

Mitt i hugget hejdade han sig ett ögonblick för att se 
barnets ansikte. Då han nu visste sig säker om seger, kände 
han en grym njutning vid att betrakta sitt offer. 

Men då han såg barnet, förökades om möjligt hans glädje, 
ty han kände igen den lille pilten, som han hade sett leka.

"Ja visst", tänkte han, "jag borde ha förstått detta hela 
tiden. Det är därför, som jag alltid har hatat det här barnet. 
Detta är den bebådade fredsfursten." 

Han sänkte åter svärdet, i det han tänkte: "När jag lägger 
ner det här barnets huvud inför Herodes, ska han göra mig 
till anförare för sin livvakt." 

Under det att han förde svärdsspetsen allt närmare den 
sovande, fröjdade han sig med att säga till sig själv: 

— Denna gång åtminstone ska ingen komma emellan och 
rycka honom ur mitt våld. 

Han kom att tänka på att den lille en gång hade bevisat 
även honom en välgärning, och en djup rodnad steg upp i 
hans ansikte. 

— Kan en legionär glömma att vedergälla en 
mottagen tjänst? viskade han. 

Han kämpade en kort strid med sig själv. Han tänkte på 
Herodes och på sin egen lust att förinta den unge 
fredsfursten. 

— Det anstår inte mig att döda detta barn, som har räddat 
mitt liv, sade han dock till sist. 

Och han böjde sig ner och lade sitt svärd vid barnets sida, 
på det att flyktingarna vid uppvaknandet skulle förstå vilken 
fara de hade undgått. 

Då såg han, att barnet var vaket. Det låg och betraktade 
honom med sina sköna ögon, vilka tindrade som stjärnor. 

Och krigsknekten böjde ett knä för barnet. 

— Herre, du är den mäktige, sade han. Du är den starke 
segraren. Du är den, som gudarna älskar. Du är den, som 
kan trampa på ormar och skorpioner. 

Han kysste hans fötter och gick sedan sakta ut ur grottan, 
medan den lille låg och såg efter honom med stora, 
förvånade barnaögon. 

viernes, 17 de julio de 2015

GENDER DEVIANT VILLAINESSES - SWEDISH FAIRYTALES

These are the portraits of a wicked queen and her spoiled daughter, the villainesses of a fairy tale retelling by Atterbom. Notice how they are described: tall, broad-shouldered, fuzz on upper lips, freckles, green eyes, straight and uncared for blond hair. Isn't that unfair? And what about describing the ambitious cougar queen as "manhaftig?" Like calling Donegild "mannish"... is this an insult against women who deviate from the gender role??? So I think. I'm tall and blond and freckled and don't care much for my appearance myself, not to mention my personality or the fuzz on my own upper lip!!!
And these words:
"Ja, hvad än hända må, jag aldrig skall 
Som hon, engång, min storhet öfverlefva, 
Och ingen boja skall, om än af guld, 
På mig af någon Aurelianus läggas."
Isn't it, making a villainess talk about female independence and self-reliance without any male intervention... ALSO MORE THAN A BIT DISCRIMINATING??? I have to say myself the same, that no shackles, even if they were of gold, shall be put on me. So I find this depiction sexist, as much as Lady Macbeth or the wicked stepsisters in King Lear.



Drottning Gloriosa:

Mörkblå 
ögon, svartbågade ögonbryn, liljehy och rosenkinder; 
de förstnämnda voro ännu tårfyllda, men stora och 
strålande; och snart förspordes en synnerlig verkan, 
när hon fastade dem, ömsom lockande, ömsom befallande, 
på honom och allt hvad honom omgaf. 
I sanning, hon är 
fager och ståtlig än i dag; fastän i min smak nog mycket 
storvuxen, manhaftig och högdragen. Hon har till och med 
skägg på öfverläppen. 

Gloriosas dotter:
Drottningens egen dotter? Hon med gula 
hyn, röda fläckarne, gröna ögonen och hästhåret? 
Naturen har gjort henne väl mycket blond, det är 
saken; dessutom förläste hon sig under sin uppfostran 
hos en vis fru, som bor några mil härifrån i en skog, 
och heter Sysis. 
Om den säger man, att hon är en trollpacka. 


Drottningens Rum.

Man hör ett väggur slå.

DROTTNINGEN

ensam.

Hvad tiden brådskar! Hvarje qvartslag bringar
Mig närmare till den Förhatlige,
Till min besegrare, hvars fot jag nu
Sjelf måste sätta på min böjda nacke, 
Med lena händer, med en gladlynt uppsyn 

Och med ett honungssvall af söta ord! 


Fly, trots, till hjertats djupsta kamrar hän, 

Och göm i vrån dig, lik ett agadt barn, 

Som sliter sina hår i ohördt knot! 

Jag nära stod ’mitt mål: att gripa spiran 

Som denna ös enherrskarinna, straffa 
Förmätna fiender, mitt lif befria 


Ifrån en skugg-gemål, och ifrån henne, 

Hvars stjerna, fastän späd och blek, dock ständigt 

I vägen står för min. - Och nu! Hvad är 

All klokhet? Hvad förmå de skönsta planer? 

För svärmare och narrar gjordes verlden. 

Beherrskar slumpen den? och hvad är slump? 

En fräck lindansare, en plump pajazzo, 

Som gör i luften kullersprång, och sist 

Slår oss vid öronen med jernsmidd skoklack, 

Att vi till jorden, om hvarandra, tumla! - 

Men någon kommer. Fattning, vilda sinne! 

Stå still, som en till is förstelnad våg, 

Med vintersolsken öfver glattblank yta! 


Mitt barn! så går det, när på egen hand 
Dig lyster pröfva krafterna och lyckan. 
Du har ett nätt förstånd, har mycken käckhet, 
Men mer än billig sjelftillit.

DROTTNINGEN. 

O, denne gäck i högromantisk snitt, 
Som spela vill, inom min banas krets, 
En hotande komet, med skimmersvansen 
Af egenskaper, bragder, troubadourer! 
För honom och för mig ej gifves plats 
På samma jord. Böj honom bort! 

SYSIS. 

Ej alltid 

Var Gloriosa så mot honörn sinnad. 
Det sägs, att redan förr engång han ej 
Dig var likgiltig; men af andra skal. 

DROTTNINGEN. 

Påminn mig ej derom - dock, rättare: 
Påminn mig om allt ondt, som han mig gjort; 
Hur han mig re’n som gosse har förföljt, 
Med handlingar, med ord, - och alltigenom! 

SYSIS. 

Värst var ju dock, att ungersvennen ej 
Den platsen tog, som gafs åt vissnad enkling. 

DROTTNINGEN. 

Godt! gör mitt inre till ett haf af galla, 
Blott han, den nedrige, fördränks deri!

SYSIS. 

Förmå ej dina vänner, Spinamonte 
Och Mangipani, råda dig? 

DROTTNINGEN. 

Att buga, 

Och ljuga, - ja! men sedan? - Spinamonte? 
Du vet, hvad han mig är. Den största qvinna, 
Är qvinna likafullt. Ett smidigt rör, 
Att vid en lustfärd glittra i min hand, - 
Skars ej till stödjestaf; han är ett lekverk, 
Som jag endera dagen kastar bort, 
När, mätt derpå, jag hugfälls på ett annat. 
Och Mangipani? Skicklig ämbetsman, 
Gråhårig luf; men ingenting föröfrigt. 


SYSIS.

Blott fördom
Kan anse vår Forella ful. Hon är
Till växt, till anlet, ögon, allt, en skönhet
Just i ägyptisk stil - den äkta, enda,
Som bär alltjemnt den gamla Chaos-Nattens, 
Den enda sanna Gudamaktens, prägel. 



DROTTNINGEN 

ser efter henne. 

Hah! - Att det lättnar mig om bröstet 
Hvar gång, som du begifver dig din kos! - 
Du växer, gumma! Med hvad öfvermod 
Du djerfs behandla mig! – Men, likagödt! 
Jag tackar dig; af dig jag lärt mig mycket. 
Dock ser jag väl, att när jag spelat ut 
Med andra, blir mitt sista spel med dig. 
Och då? - Du menar mig ditt verktyg vara; 
An om du slutligen är mitt? Du vill 
Igenom mig på thronen lyfta opp 
Ett mörkt system, af griller sammanväfdt; 
Men andra äro mina planer. Sista 
Besväret är, att tänka upp, hur åter 
Man skall från sina verktyg ledig bli. 
De döda tala ej - och alldenstund 
Min riksfältherre ej förmådde segra, 
Han gjorde mig sin visst ej minsta tjenst 
Med det, att ej han lefde och blef fången.
Nu kan ej han förråda mig. - Men bort 

Till fest-anstalterna! - Med dem bestyr 

Nu Spinamonte; säll af denna flärd, 

Som mygg af dans i solsken. - Nalkas, öde! 

Hvad var Zenobia väl mer, än jag? 

Jag öfver henne står i mod och kraft; 

Ja, hvad än hända må, jag aldrig skall 

Som hon, engång, min storhet öfverlefva, 

Och ingen boja skall, om än af guld, 

På mig af någon Aurelianus läggas. 



martes, 14 de julio de 2015

FRENCH 19TH-CENTURY: ORAL FIXATIONS

This is a 14 juillet post, dedicated to the national day of France.

In the nineteenth century, French children's and young adult literature actually revelled in vore.
The whole nation seems to be orally fixated, as seen by the causes of the Revolution (the crowd asked for bread, which the court kept for itself in excess). And ever since, French cuisine is always the model to follow...

This compilation contains actual vore, threats of vore, interrupted vore, vorish metaphor, comments on the internal state of a prisoner given water torture... a familiar soldier, a pike which to him is a leviathan, a freshwater mer-king and all his entourage, a frog, a grass snake (for not only French humans live on frogs), a kestrel ex machina, et cetera...



Les travailleurs de la mer, Victor Hugo
Set on an island in the English Channel and in a nearby underwater cave, this was supposed to be part of a trilogy with The Hunchback and Les Mis, but it has sadly been forgotten outside France. Gilliatt, the outsider hero, ventures into this cave to find the old captain's sunken ship and thus win the prize the captain has promised to the one who succeeds in the quest: the hand of his niece, whom Gilliatt loves. No vore, but a vorish metaphor to describe the inside of the underwater cave:
Gilliatt s’arrêta court. La crevasse d’où il sortait aboutissait à une saillie étroite et visqueuse, espèce d’encorbellement dans la muraille à pic. Gilliatt s’adossa à la muraille et regarda.
Il était dans une grande cave. Il avait au-dessus de lui quelque chose comme le dessous d’un crâne démesuré. Ce crâne avait l’air fraîchement disséqué. Les nervures ruisselantes des stries du rocher imitaient sur la voûte les embranchements des fibres et les sutures dentelées d’une boîte osseuse. Pour plafond, la pierre ; pour plancher, l’eau ; les lames de la marée, resserrées entre les quatre parois de la grotte, semblaient de larges dalles tremblantes. La grotte était fermée de toutes parts. Pas une lucarne, pas un soupirail ; aucune brèche à la muraille, aucune fêlure à la voûte. Tout cela était éclairé d’en bas à travers l’eau. C’était on ne sait quel resplendissement ténébreux.
Gilliatt, dont les pupilles s’étaient dilatées pendant le trajet obscur du corridor, distinguait tout dans ce crépuscule.
Il connaissait, pour y être allé plus d’une fois, les caves de Plémont à Jersey, le Creux-Maillé à Guernesey, les Boutiques à Serk, ainsi nommées à cause des contrebandiers qui y déposaient leurs marchandises ; aucun de ces merveilleux antres n’était comparable à la chambre souterraine et sous-marine où il venait de pénétrer.
Gilliatt voyait en face de lui sous la vague une sorte d’arche noyée. Cette arche, ogive naturelle façonnée par le flot, était éclatante entre ses deux jambages profonds et noirs. C’est par ce porche submergé qu’entrait dans la caverne la clarté de la haute mer. Jour étrange donné par un engloutissement.
Cette clarté s’évasait sous la lame comme un large éventail et se répercutait sur le rocher. Ses rayonnements rectilignes, découpés en longues bandes droites sur l’opacité du fond, s’éclaircissant ou s’assombrissant d’une anfractuosité à l’autre, imitaient des interpositions de lames de verre. Il y avait du jour dans cette cave, mais du jour inconnu. Il n’y avait plus dans cette clarté rien de notre lumière. On pouvait croire qu’on venait d’enjamber dans une autre planète. La lumière était une énigme ; on eût dit la lueur glauque de la prunelle d’un sphinx. Cette cave figurait le dedans d’une tête de mort énorme et splendide ; la voûte était le crâne, et l’arche était la bouche ; les trous des yeux manquaient. Cette bouche, avalant et rendant le flux et le reflux, béante au plein midi extérieur, buvait de la lumière et vomissait de l’amertume. De certains êtres, intelligents et mauvais, ressemblent à cela. Le rayon du soleil, en traversant ce porche obstrué d’une épaisseur vitreuse d’eau de mer, devenait vert comme un rayon d’Aldébaran. L’eau, toute pleine de cette lumière mouillée, paraissait de l’émeraude en fusion. Une nuance d’aigue-marine d’une délicatesse inouïe teignait mollement toute la caverne. La voûte, avec ses lobes presque cérébraux et ses ramifications rampantes pareilles à des épanouissements de nerfs, avait un tendre reflet de chrysoprase. Les moires du flot, réverbérées au plafond, s’y décomposaient et s’y recomposaient sans fin, élargissant et rétrécissant leurs mailles d’or avec un mouvement de danse mystérieuse. Une impression spectrale s’en dégageait ; l’esprit pouvait se demander quelle proie ou quelle attente faisait si joyeux ce magnifique filet de feu vivant. Aux reliefs de la voûte et aux aspérités du roc pendaient de longues et fines végétations baignant probablement leurs racines à travers le granit dans quelque nappe d’eau supérieure, et égrenant, l’une après l’autre, à leur extrémité, une goutte d’eau, une perle. Ces perles tombaient dans le gouffre avec un petit bruit doux. Le saisissement de cet ensemble était indicible. On ne pouvait rien imaginer de plus charmant ni rien rencontrer de plus lugubre.
C’était on ne sait quel palais de la Mort, contente.
De l’ombre qui éblouit ; tel était ce lieu surprenant.
La palpitation de la mer se faisait sentir dans cette cave. L’oscillation extérieure gonflait, puis déprimait la nappe d’eau intérieure avec la régularité d’une respiration. On croyait deviner une âme mystérieuse dans ce grand diaphragme vert s’élevant et s’abaissant en silence.
L’eau était magiquement limpide, et Gilliatt y distinguait, à des profondeurs diverses, des stations immergées, surfaces de roches en saillie d’un vert de plus en plus foncé. Certains creux obscurs étaient probablement insondables.
Des deux côtés du porche sous-marin, des ébauches de cintres surbaissés, pleins de ténèbres, indiquaient de petites caves latérales, bas côtés de la caverne centrale, accessibles peut-être à l’époque des très basses marées.
Ces anfractuosités avaient des plafonds en plan incliné, à angles plus ou moins ouverts. De petites plages, larges de quelques pieds, mises à nu par les fouilles de la mer, s’enfonçaient et se perdaient sous ces obliquités.
Çà et là des herbes longues de plus d’une toise ondulaient sous l’eau avec un balancement de cheveux au vent. On entrevoyait des forêts de goëmons.
Hors du flot et dans le flot, toute la muraille de la cave, du haut en bas, depuis la voûte jusqu’à son effacement dans l’invisible, était tapissée de ces prodigieuses floraisons de l’océan, si rarement aperçues par l’œil humain, que les vieux navigateurs espagnols nommaient praderias del mar. Une mousse robuste, qui avait toutes les nuances de l’olive, cachait et amplifiait les exostoses du granit. De tous les surplombs jaillissaient les minces lanières gaufrées du varech dont les pêcheurs se font des baromètres. Le souffle obscur de la caverne agitait ces courroies luisantes.
Sous ces végétations se dérobaient et se montraient en même temps les plus rares bijoux de l’écrin de l’océan, des éburnes, des strombes, des mitres, des casques, des pourpres, des buccins, des struthiolaires, des cérites turriculées. Les cloches des patelles, pareilles à des huttes microscopiques, adhéraient partout au rocher et se groupaient en villages, dans les rues desquels rôdaient les oscabrions, ces scarabées de la vague. Les galets ne pouvant que difficilement entrer dans cette grotte, les coquillages s’y réfugiaient. Les coquillages sont des grands seigneurs, qui, tout brodés et tout passementés, évitent le rude et incivil contact de la populace des cailloux. L’amoncellement étincelant des coquillages faisait sous la lame, à de certains endroits, d’ineffables irradiations à travers lesquelles on entrevoyait un fouillis d’azurs et de nacres, et des ors de toutes les nuances de l’eau.
Sur la paroi de la cave, un peu au-dessus de la ligne de flottaison de la marée, une plante magnifique et singulière se rattachait comme une bordure à la tenture de varech, la continuait et l’achevait. Cette plante, fibreuse, touffue, inextricablement coudée et presque noire, offrait au regard de larges nappes brouillées et obscures, partout piquées d’innombrables petites fleurs couleur lapis-lazuli. Dans l’eau ces fleurs semblaient s’allumer, et l’on croyait voir des braises bleues. Hors de l’eau c’étaient des fleurs, sous l’eau c’étaient des saphirs ; de sorte que la lame, en montant et en inondant le soubassement de la grotte revêtu de ces plantes, couvrait le rocher d’escarboucles.
À chaque gonflement de la vague enflée comme un poumon, ces fleurs, baignées, resplendissaient ; à chaque abaissement elles s’éteignaient ; mélancolique ressemblance avec la destinée. C’était l’aspiration, qui est la vie ; puis l’expiration, qui est la mort.

Le Père Barbeau, Léon de Laujon
Known as "Father Catfish" due to his thin, curly moustache, the aged fisherman is captured by the wicked freshwater merfolk of the Great Pond (Le Grand Étang) and brought before their king, who imprisons those who have offended it "in His Majesty's sacred vitals". Thankfully (but to my own chagrin), Catfish escapes this fate:
Le père Barbeau était tombé, étourdi par le fracas de l'eau et le tournoiement de sa barque, au tond d'une grotte où régnait une nuit complète. Quoiqu'il eût traversé toute la profondeur du lac, il était à peine mouillé. Lorsqu'il fut un peu remis de sa clmte, il chercha à tâtons à reconnaître l'endroit où il se trouvait. Ses pieds et ses genoux rencontraient à chaque instant des surfaces glissantes qui rendaient sa marche fort pénible; ses mains se posaient sur des objets visqueux qu'il sentait remuer comme des êtres vivants. Un bruit sourd et continu grondait au-dessus de sa tête, et il lui semblait entendre autour de lui des murmures et des chuchotements continuels. « Où suis-je? » dit-il en s'arrêtant et en écarquillant les yeux. Des rires éclatèrent dans la grotte, et il sentit pleuvoir sur sa tête une foule de petits corps dont il ne pouvait deviner la nature, mais qui ressemblaient à des animaux sautillant sur lui par milliers. Il s'arrêta et essaya de distinguer quelque chose à travers cette nuit. Ses yeux commençaient à s'habituer à l'obscurité. Il lui sembla voir des formes étranges rangées en demi-cercle, et, au milieu d'elles, une masse vivante qui paraissait trôner sur un quartier de roche. Peu à peu les objets devinrent plus distincts, et il put enfin contempler une vingtaine de personnages bizarres, moitié hommes, moitié animaux. La masse du milieu était une espèce de monstre dont les jambes étaient collées ensemble, le corps couvert de petites plaques bleuâtres, et la tête étroite et aplatie. A sa bouche, ou plutôt à sa gueule allongée comme un bec, à ses lèvres courbées en arrière et fendues presque jusqu'aux oreilles, le père Barbeau reconnut son ennemi mortel, le roi des brochets. Bientôt, en effet, il distingua nettement la couronne de sang qu'il portait sur la tête comme l'insigne de sa royauté. Les autres personnages avaient tous, comme lui, les jambes réunies en un seul morceau qui se terminait en forme de queue; mais chacun se distinguait par la tête, qui retraçait le museau d'un poisson. A côté du roi était assise une femme un peu voûtée, dont les vêtements collants étaient tachetés de petites étoiles rouges et bleues, et dont la tête rappelait le museau d'une truite; le père Barbeau reconnut celle qu'il avait poursuivie jusque dans le grand étang. C'était la sorcière des eaux, chargée d'attirer dans les piéges du roi des brochets les pécheurs imprudents dont ce terrible monarque voulait faire sa proie.

«Me voici perdu! » pensa le père Barbeau à la vue de ses ennemis.
En effet, il vit le roi faire un signe à ses sujets en le désignant. Ceux-ci l'empoignèrent, et, l'élevant sur leurs bras, le tinrent suspendu au-dessus de la tête du brochet, qui, penché en arrière, ferma les yeux d'un air béat, et ouvrit sa large gueule. Le père Barbeau plongea avec effroi les regards dans cet abîme hérissé de dents serrées qui formaient entre elles une scie redoutable, et il lui sembla voir tout au fond, à l'entrée du gosier, une tête d'homme.
A cette horrible vue, il ferma les yeux, et essaya de s'agiter pour se débarrasser des étreintes de ses ennemis. Mais ceux-ci le serraient fortement. Ils le balancèrent un instant au-dessus de la gueule du roi, et ils allaient l'y précipiter, quand la sorcière des eaux se leva subitement et les arrêta.
«Non, dit-elle, cette mort serait un supplice trop doux pour ses forfaits. Il faut qu'il achète, par des tourments proportionnés à ses crimes, l'honneur d'être mangé par notre roi, et d'avoir pour tombeau ses entrailles sacrées. »
A ces mots, on déposa le père Barbeau à terre, et le roi se releva sur sa chaise d'un air contrarié. Tous délibérèrent à voix basse sur les supplices qu'on allait faire subir à leur victime. Pendant ce temps, le malheureux examinait la grotte, qu'une faible lumière venait d'éclairer. Elle était tapissée de mousses et de stalactites; à la voûte était suspendu un immense lustre formé de glaçons : la lumière qui jaillissait des yeux du roi se jouait dans ces cristaux; c'était la seule
manière d'allumer ce lustre et la seule clarté qui perçât les ombres du souterrain.  [...]
— Si j'avais été à votre place, je ne serais pas allé dans le grand étang, et je n'aurais pas fait ce que vous appelez un mauvais rêve.
— Allons! ne te fâche pas, et dis-moi un peu ce que cela signifie, et comment je dois me conduire désormais.
— Sauf à ne pas suivre mes conseils, n'est-ce pas?
— Décidément, tu es malin, et tu ne me pardonnes rien. Voyons, est-ce que tu conserves de la rancune contre moi? Te mettras-tu aussi du coté de mes ennemis? Je te soupçonne d'être pour quelque chose là dedans; tu auras voulu te venger de n'avoir pas été écouté.
— Oui, en vous tirant de la gueule du roi des brochets; car vous l'avez échappé belle, et, sans moi, vous seriez à cette heure—
— Dans les entrailles sacrées de Sa Majesté, comme ils disent.
— Mon Dieu, oui. Vous seriez maintenant avalé et digéré!
— Bigre! ça fait frissonner. Il me semble, seulement quand j'y pense, que je sens des dents s'enfoncer dans mon corps. Quelle gueule il a, ce monstre-là! Un gouffre, un abîme, un véritable enfer!... Mais comment as-tu fait, mou ami, pour me tirer de là?


L'évasion de la mort, Louis Pergaud
Part of a book of animal stories. But not anthros, rather wild animals undressed and following their instincts. The story relates a food chain in which the marsh frog Rana (for "Grenouille" would be too obvious a name for a French frog) is vanquished by her natural enemy, the grass snake... well, simply known as Grass Snake (Couleuvre in French):
La mare stagnait, abrutie de soleil.
La tête haute, les cuisses ramassées, l’échine cassée à angle obtus, le ventre replet, Rana, dans l’attitude hiératique où l’avait immobilisée Midi, reposait sur le socle d’une feuille flottante de nénuphar avec laquelle se confondait sa robe verte lamée d’or.
Rana avait déjà cinq ou six fois vu revenir la saison où le sang peu à peu s’engourdit comme sous la brûlure périodique de ce midi de plomb, et où une force mystérieuse la contraignait, avec toutes les commères, transies et muettes, à franchir la sombre forêt aquatique des algues vertes qui garnissaient le centre de leur domaine, pour chercher dans la couche marneuse des profondeurs l’asile d’hiver. Cinq ou six fois, elle avait vu sa mare envahie avec les pluies d’automne par les hordes grasses des grenouilles rousses, aux tempes sombres, pèlerines de l’été, qui les délaissaient au printemps, après la saison de l’amour, pour courir les champs et les prés, en quête de sauterelles et de vermisseaux. Sur la mare, le silence, comme à la veille d’une crise, bourdonnait plus lourd et plus haletant ; des signes imperceptibles semblaient transpirer des choses, qui disaient que la vie, lentement, par degrés, allait de nouveau tout ressaisir et tout entraîner dans son courant.
Laissant par derrière, parmi les lentilles vertes tapissant la mare en cet endroit, un sinistre sillage, comme si l’eau même eût éprouvé une répulsion invincible à le combler, une grande couleuvre, entre les portiques des roseaux, dressa sa tête plate, ses yeux fixes plongés en elle intensément.
Alors, le malaise qui avait empêché la grenouille de suivre instinctivement le geste des compagnes s’enfla en un engourdissement stupide qui la paralysait sur l’eau, les pattes de derrière allongées en rames immobiles la soutenant malgré elle de leurs nageoires écartées. La couleuvre la fixait de ses yeux ronds et fixes, sûre de sa proie qu’elle ne quittait pas. Son collier de couleur claire changeait du jaune pâle à l’orangé sous l’influence de l’émotion violente qui l’emplissait ; son dos et ses flancs verdâtres tranchaient à peine sur la couleur de la flore marécageuse que son ventre d’un noir bleuâtre frôlait en dessous.
La gueule était close encore. La bête semblait immobile, mais insensiblement sa queue appuyée sur les herbes poussait la tête, et la large gueule aux mâchoires libres, s’ouvrant lentement, projetait en avant la fine langue bifide frétillante.
Rana ne percevait plus rien de la vie. Elle était séparée de son monde, retranchée de la société des compagnes, extériorisée de son marais qu’elle ne reconnaissait plus, tout entière sous l’emprise d’une volonté invincible qui la liait à elle et cassait ou plutôt rongeait tous les autres liens avec les choses et avec la vie.
Elle voyait la gueule qui s’ouvrait comme un gouffre où elle devrait s’engloutir. Quelque chose pesait sur elle aussi sûrement que la fatalité de l’instinct qui la poussait, aux pluies d’automne, vers la demeure hibernale. Mais rien d’angoissant ne l’étreignait quand elle creusait son caveau dans la vase de la mare, tandis qu’ici l’angoisse de l’inconnu et de la peur, se superposant à l’inévitable, la crispait douloureusement.
La gueule s’ouvrait ; la distance diminuait, la volonté de l’autre pesait plus dure et plus implacable, l’envahissait toute, disposait de tous ses nerfs, commandait à tous ses muscles, et préparait tout son être pour le but auquel elle tendait.
Rana ne voyait plus que le trou de la gueule, maintenant large ouverte, qu’un demi-pied à peine séparait de sa tête, et ses cuisses se rassemblaient sous son ventre.
Alors d’un seul coup, d’un seul bond, aussi précis et réglé qu’une trajectoire mathématique, elle se jeta la tête la première dans le gouffre.
La large gueule se fendit plus large encore, se dilatant progressivement. Rana ne sentait plus rien, tandis que son cœur vivace continuait à battre et que les pattes de derrière écartées s’agitaient encore faiblement hors de l’abîme, comme un dernier adieu à la vie.
Une bave gluante et tiède l’enveloppait, un mouvement lent et irrésistible l’entraînait impitoyablement vers des profondeurs.
Et tout se tut.
De la mort ainsi glissa sur elle, où plutôt ce n’était pas encore de la mort, mais une vie passive, presque négative, une vie suspendue, non pas dans la quiétude comme au soleil de midi, mais cristallisée, pour ainsi dire, dans l’angoisse, car quelque chose d’imperceptible, comme un point de conscience peut-être, vibrait encore en elle pour la souffrance.
Puis il y eut un grand choc qu’elle ressentit vaguement au mouvement de ses pattes encore libres, et par degrés, lentement, sans autre cause, l’angoisse de la volonté annihilée diminua et s’évanouit pour ne plus laisser subsister que de la souffrance physique.
Le mouvement de déglutition qui l’entraînait dons le gouffre noir s’était arrêté de lui-même, les parois du gouffre, l’œsophage de la couleuvre étaient molles et sans ressort, les pattes de derrière de Rana pendaient, la tirant par en bas doucement. Alors elle les secoua pour chercher un point d’appui : rien ne résistait, elle se sentit glisser petit à petit sans se rendre bien compte de ce qui se passait, et, tout d’un coup, comme si une force providentielle et inconnue l’eût tirée hors du gouffre, elle s’échappa lourdement de la gueule et dégringola dans le vide.

Le soldat de plomb, Alexandre Dumas
Aside from the Fourth Story of the Snow Queen, whose retelling by Dumas has been published on this blog as "Prince et princesse", the father of the Musketeers retold many more Andersen and Grimm tales extending them. Including the star-crossed tin soldier and ballerina. Dumas extends the account of the Danish Odysseus's sojourn inside a freshwater pike, which to him is a redoubtable leviathan:
Cependant le bateau remonta à la surface et le soldat revit encore une fois le ciel, les rives du fleuve, le paysage, et, devant lui, le gouffre écumant.
En ce moment suprême, si rapide qu’il fût, il pensa à sa petite danseuse de papier, si jolie, si légère, si mignonne.
Tout à coup il sentit qu’il penchait en avant. Le bateau se déchira sous ses pieds et il fut précipité dans l’abîme sans même avoir le temps de dire : Ouf !
Un énorme brochet, qui tendait le bec dans l’espérance qu’il lui tomberait quelque chose d’en haut, le reçut dans sa gueule et l’avala.
Dans le premier moment, il eût bien été impossible au pauvre soldat de plomb de se rendre compte de ce qui s’était passé ni de dire où il était.
Ce qu’il sentait, c’est qu’il était tout à fait mal à son aise et couché sur le côté.
De temps en temps, comme si une lucarne s’entrebâillait, un jour glauque arrivait jusqu’à lui, et il voyait des choses dont les formes lui étaient inconnues.
Il était agité par un mouvement rapide et saccadé, qui lui donna peu à peu à penser qu’il pourrait bien être dans le ventre d’un poisson.
Du moment où cette idée lui fut venue, il s’orienta et comprit que ces espèces d’éclairs qui venaient jusqu’à lui c’était le jour qui pénétrait dans les cavités thoraciques du poisson, lorsqu’il ouvrait ses ouïes pour dégager l’air de l’eau.
Au bout d’un quart d’heure, il ne douta plus.
Que faire ? Il eut bien l’idée de s’ouvrir un chemin à l’aide de sa baïonnette, mais s’il avait le malheur de crever la vessie natatoire du poisson, le poisson, ne pouvant plus faire la provision d’air à l’aide de laquelle il monte à la surface de l’eau, tomberait au fond de la rivière.
Que deviendrait-il alors, enseveli dans un cadavre ?
Il valait mieux laisser vivre le poisson : si puissants que fussent les sucs gastriques du cétacé, il était probable qu’il ne parviendrait pas à le dissoudre.
Il deviendrait bien certainement une gêne pour le poisson, qui, au bout de deux ou trois jours, finirait par le rejeter.
Il y avait un précédent : Jonas !
Du moment où il lui fut clairement démontré qu’il était dans un poisson, le naufragé ne s’étonna plus de rien. Tout lui était expliqué – les mouvements rapides à droite et à gauche, les plongeons au fond de l’eau, les soulèvements à sa surface, et, autant qu’il put mesurer le temps, il passa vingt-quatre heures ainsi, dans un état de tranquillité relative.
Tout à coup le brochet se livra à des soubresauts effrayants, dont notre héros chercha en vain à se rendre compte Il fallait ou qu’il fût arrivé quelque accident grave, ou qu’il fût agité par une passion violente. Il se tordait, secouait la queue, et, pendant quelques instants, le soldat, couché jusque là, se retrouva dans une position verticale.
Le brochet était tiré hors de l’eau par une force supérieure à la sienne, et à laquelle il essayait inutilement de résister.
Le brochet avait une affaire désagréable avec un hameçon.
À la façon plus difficile dont respirait le brochet, à la façon plus facile dont il respirait, lui, le soldat de plomb comprit que le brochet était amené hors de son élément. Pendant une heure ou deux il y eut encore lutte entre la vie et la mort ; enfin la vie fut vaincue, et l’animal resta immobile.
Pendant son agonie, le brochet avait été transporté d’un endroit à un autre ; mais où cela ? Le soldat de plomb l’ignorait complètement.
Tout à coup un éclair pénétra jusqu’à lui. La lumière lui apparut et il entendit une voix qui disait, avec l’accent de l’étonnement :
– Tiens, le soldat de plomb !

La jeunesse de Pierrot, Alexandre Dumas
This original tale, set in the kingdom of Bohemia, is attributed by Dumas to the clever and elegant musketeer-turned-clergyman Aramis. The leading character, Pierrot, is a country boy adopted by the Bohemian royal family as a playmate for their only daughter, whom he passionately loves, and appointed Lord High Cupbearer (Grand Échanson), an office of great importance at court, but also makes enemies...
There are two snippets of interest here.
Snippet I: The princess' unwelcome suitor is choking (he survives, but he'll get killed in battle à la Oberyn Martell [head crushed like an egg] at the end of the story!):
Le moment était mal choisi ; tout le palais était sens dessus dessous ; le prince Azor avait avalé à souper une arête de poisson, et, dans sa fureur, il venait d’étrangler de ses propres mains un célèbre médecin qui n’avait pu la lui retirer du gosier.
Toutefois, comme la mort violente du médecin ne l’avait pas débarrassé du mal qui le tourmentait, l’idée lui était venue d’employer un moyen plus doux : c’était de faire avaler à son premier ministre une arête en tout point semblable à celle qu’il avait avalée lui-même, et de tenter sur le gosier de Son Excellence toutes les expériences que la science pourrait imaginer. Il allait donc faire appeler son premier ministre, lorsque notre voyageur fit son entrée, introduit par l’officier de service.
– Qui es-tu ? lui demanda le prince, que la circonstance de l’arête obligeait de parler du nez. Qui es-tu, pour oser te présenter devant moi ?
– Je suis Pierrot, répondit notre héros, ambassadeur de Sa Majesté le roi de Bohême, et je viens à cette fin de négocier auprès de Votre Altesse un traité de paix. [...]
– Impossible ! dit le prince Azor, qui l’avait regardé faire avec attention. Allons, avance ici et ouvre la bouche... C’est prodigieux ! ajouta-t-il quand il eut exploré avec une lumière tous les coins et recoins de la mâchoire de Pierrot... Elle n’y est plus ! Ma foi ! je me risque.
Et, sur ce, il aspira une grosse bouffée d’air, fit un effort accompagné d’une affreuse grimace, et l’arête qu’il avait dans le gosier passa.
– Je suis sauvé ! s’écria-t-il, je suis sauvé ! Ah ! ah ! l’ami, tu viens de me rendre un très grand service. Eh bien, pour te récompenser, je te laisse libre de choisir le genre de mort qui te sera le plus agréable ; tu vois que je suis bon prince.
Snippet II: The evil chancellor drugs the king to have him in his power:
Le seigneur Renardino resta seul avec le roi.
-Allons, sire, ajouta-t-il tout haut, chassez de votre esprit les sombres pensées qui l’assiègent, et versez-vous de ce généreux vin de Hongrie, qui n’a pas son pareil entre tous les vins de la terre. À la bonne heure ! Maintenant, trinquons à l’extermination prochaine du prince Azor et à la prospérité de votre maison.
Le roi porta automatiquement le verre à ses lèvres et le vida d’un seul trait. – Ah ! mon Dieu ! fit-il, et il tomba à la renverse dans son fauteuil, comme s’il eût été frappé de la foudre.
– Très bien ! dit le seigneur Renardino en se frottant les mains, la poudre a produit son effet. À présent, accomplissons notre promesse.
Et, tirant des cordes de sa poche, il garrotta le roi de la tête aux pieds.
Si le crime abominable qu’il commettait ne l’avait absorbé tout entier, le méchant homme eût pu voir, encadrés dans l’oeil-de-boeuf qui était en face de lui, une figure toute blanche et des yeux démesurément ouverts qui suivaient tous ses mouvements avec une expression d’étonnement mêlé d’horreur.
Tout à coup des cris se firent entendre : un bruit de pas, accompagné d’un cliquetis d’épées, retentit dans les galeries du palais, et le prince Azor, ouvrant brusquement la porte, se précipita vers le seigneur Renardino.
– Où est le roi ? demanda-t-il à voix basse.
– Il est là, dans ce fauteuil, pieds et poings liés, répondit Renardino.
– Par ma bosse ! vous êtes un homme de parole.
– Et les trois cent mille sequins ?
– Les voici.
À cette partie du dialogue, une ombre blanche glissa rapidement devant les deux interlocuteurs, saisit la bourse que le prince Azor tendait à Renardino, et, soufflant les bougies, plongea la salle dans l’obscurité.
Effrayés de l’horrible vacarme qu’ils entendaient, les soldats accoururent avec des flambeaux, et relevèrent les combattants.
– Comment, c’était vous ! s’écrièrent-ils tous les deux en se reconnaissant ; et ils demeurèrent anéantis.
Mais bien plus grande encore fut leur surprise, quand, jetant les yeux autour d’eux, ils s’aperçurent que le roi et les trois cent mille sequins avaient disparu.

Aventures merveilleuses et touchantes du prince Chènevis et de sa jeune soeur, Léon Gozlan
Set in the mid-eighteenth century. In this notorious snippet, the governor of a fallen castle is given water torture:
Il achevait sa réflexion, lorsqu'un soldat entra, et lui 
dit, le sabre à la main : -- Goûte cette eau !
— Oui, mon ami, répondit le gouverneur en remplissant un 
verre qu'il vida d'un seul trait, quoique l'eau ne 
fût pas sa boisson favorite. 
— C'est bien, dit le soldat,  qui se retira en fermant la 
porte sur le gouverneur. 
" Qu' attendent-ils encore de moi, pensa le gouverneur, 
puisque l'épreuve est faite ? Pourquoi me laisser ici?... 
c'est sans doute par erreur... " 
Un second soldat paraît. 
-- Goûte cette eau ! s'écria-t-il en brandissant une lance 
sur la tète du gouverneur. 
— Mais j'ai déjà bu... 
— Goûte cette eau ! te dis-je. 
Le gouverneur ne résiste pas à un ordre si poliment 
exprimé; il boit un second verre d'eau. 
-- A merveille! a fût le soldat, qui s'en va comme le pré- 
mier, après avoir eu soin de fermer la porte de la cave. 
" Qu'est-ce à dire?" murmure le gouverneur; "celui-ci 
aussi m'enferme! Quand m'en irai-je donc?"
Un troisième soldat survient, armé d'un pistolet. 
Même ordre impératif. 
-- Goûte cette eau! 
— Mais infailliblement j'étoufferai, si cela continue. 
— Veux-tu y goûter!?
Le gouverneur Infailliblemsnt avala avec mille gri- 
maces et mille contorsions le troisième verre d'eau. 
Cette eau était horriblement glacée. 
Arrive un quatrième, arrive un cinquième, un 
sixième, arrive un douzième soldat!
Douze verres d'eau ont déjà passé par le gosier et 
clapotent dans l'estomac de l'infortuné gouverneur. 
Il n'en peut plus; il souffle, 
son ventre est tendu et rond comme un ballon. 
Pourtant il faut qu'il boive encore! Il le faut! 
Toujours ce même commandement gronde à ses oreilles 
entre des piques de fer, des bâtons rugueux, des épées et 
des mousquets gorgés de balles. 
- Goûte cette eau ! ou bien... mille morts ! 
Enfin, au dix-huitième verre, écrasé par cet excès d'eau 
froide, le gouverneur tombe par terre, à la joyeuse et 
brutale satisfaction des soldats qui l'avaient abreuvé. 
Nous saurons plus tard s'il en mourut. 


Perlino, Édouard de Laboulaye
A sadly forgotten but once very popular retelling of "The Snow Queen": an important lady, with promises of greatness, spirits away a naive small-town boy, and his best friend/lover, in the company of some little animal friends of hers, sets off for her castle in a harsh region to rescue him. But she laces his evening liquor with a heart-freezing powder. The story can be seen as a parable against drug addiction:
Le soir venu, la dame des Écus-Sonnants appela Perlino pour souper avec elle. Quand elle l'eut fait bien manger et bien boire, ce qui était aisé avec un garçon d'humeur facile, elle versa d'excellent vin blanc de Capri dans une coupe de vermeil, et, tirant de sa poche une botte de cristal, elle y prit une poudre rougeâtre qu'elle jeta dans le vin.—Bois cela, mon enfant, dit-elle à Perlino, et donne-moi ton goût.
Perlino, qui faisait tout ce qu'on lui disait, avala la liqueur d'un seul trait.
—Pouah! s'écria-t-il, ce breuvage est abominable, c'est une odeur de boue et de sang; c'est du poison!
—Niais! dit la marquise, c'est de l'or potable; qui en a bu une fois en boira toujours. Prends ce second verre, tu le trouveras meilleur que le premier.
La dame avait raison: à peine l'enfant eut-il vidé la coupe, qu'il fut pris d'une soif ardente.—Encore! disait-il, encore! Il ne voulait plus quitter la table. Pour le décider à se coucher, il fallut que la marquise lui fit un grand cornet de cette poudre merveilleuse qu'il mit soigneusement dans sa poche, comme un remède à tous les maux.
Pauvre Perlino! c'était bien un poison qu'il avait pris, et le plus terrible de tous. Qui boit de l'or potable, son coeur se glace tant que le fatal breuvage est dans l'estomac. On ne connaît plus rien, on n'aime plus rien, ni père, ni mère, ni femmes, ni enfants, ni amis, ni pays; on ne songe plus qu'à soi; on veut boire, et on boirait tout l'or et tout le sang de la terre sans calmer une soif que rien ne peut étancher.
Aussi, dès que la nuit eut mis son masque
noir pour ouvrir le bal des étoiles, Violette courut-elle à la porte de
Perlino, bien sûre qu'en la voyant Perlino se jetterait dans ses bras.
Comme son coeur battait quand elle l'entendit monter! quel chagrin quand
l'ingrat passa devant elle sans même la regarder!
La porte fermée à double tour et la clef retirée, Violette se jeta sur
une natte qu'on lui avait donnée par pitié; là elle se mit à fondre en
larmes, se fermant la bouche avec les mains pour étouffer ses sanglots.
Elle n'osait se plaindre, de crainte qu'on ne la chassât; mais, quand
vint l'heure où les étoiles seules ont les yeux ouverts, elle gratta
doucement à la porte et chanta à demi-voix:

  Perlino, m'entends-tu? C'est moi qui te délivre,
                   Ouvre-moi!
    Viens vite, je t'attends: ami je ne puis vivre
                   Loin de toi.
          Ouvre-moi! mon coeur te désire;
          Je brûle, j'ai froid, je soupire;
                   Tout le jour
                   C'est d'amour,
                   Et la nuit
                   C'est d'ennui.
Hélas! elle eut beau chanter, rien ne bougea dans la chambre. Perlino ronflait comme un mari de dix ans, et ne rêvait qu'à sa poudre d'or. Les heures se trainèrent lentement, sans apporter d'espérance. Si longue et si douloureuse que fût la nuit, le matin fut plus triste encore. La dame des Écus-Sonnants arriva dès le point du jour. [...]
Elle alla droit à la poitrine de Perlino; mais, avant d'y faire un trou, elle écouta: le coeur ne battait pas: plus de doute! Perlino était enchanté.

--Parle clairement, dit Perlino; depuis deux jours il se passe en moi
quelque chose d'étrange. J'ai la tête lourde et le coeur chagrin; je
fais de mauvais rêves. D'où cela vient-il?
Depuis que Perlino vivait dans la retraite, la raison lui venait; rien ne rend méchant comme de s'ennuyer à deux, rien ne rend sage comme de s'ennuyer tout seul. Au souper, il étudia la figure et le sourire de la dame des Écus-Sonnants; il fut aussi gai convive que d'habitude; mais chaque fois qu'on lui présenta la coupe d'oubli, il s'approcha de la fenêtre pour admirer la beauté du soir, et chaque fois il jeta l'or potable dans le jardin. Le poison tomba, dit-on, sur des vers blancs qui perçaient la terre; c'est depuis ce temps-là que les hannetons sont dorés.
En entrant dans sa chambre, Perlino remarqua le joueur de zampogne qui le regardait tristement, mais il ne fit point de question; il avait hâte d'être seul pour voir si le bonheur frapperait à sa porte et sous quelle figure il entrerait. Son inquiétude ne fut pas de longue durée. Il n'était pas encore au lit qu'il entendit une voix douce et plaintive: c'était Violette qui, dans les termes les plus tendres, lui rappelait comment elle l'avait fait et pétri de ses propres mains, comment c'était à ses prières qu'il devait la vie; et, pourtant, il s'était laissé séduire et enlever, tandis qu'elle avait couru après lui avec une peine que Dieu veuille épargner à tout le monde. Violette lui disait encore, avec un accent plus douloureux et plus pénétrant, comment depuis deux nuits elle veillait à sa porte; comment, pour obtenir cette faveur, elle avait donné des trésors dignes de rois sans tirer de lui un seul mot, comment cette dernière nuit était la fin de ses espérances et le terme de sa vie.
En écoutant ces paroles qui lui perçaient l'âme, il semblait à Perlino qu'on le tirait d'un rêve: c'était un nuage qu'on déchirait devant ses yeux. Il ouvrit doucement la porte et appela Violette; elle se jeta dans ses bras en sanglotant. Il voulait parler: elle lui ferma la bouche; on croit toujours celui qu'on aime, et il y a des instants où l'on est si heureux, qu'on n'a pas besoin de pleurer.
—Partons, dit Perlino; sortons de ce donjon maudit.
—Partir n'est pas aisé, seigneur Perlino, répondit l'écureuil: la dame des Écus-Sonnants ne lâche pas volontiers ce qu'elle tient; pour vous éveiller, nous avons usé tous nos dons; il faudrait un miracle pour vous sauver.
—Peut-être ai-je un moyen, dit Perlino, à qui l'esprit venait comme la sève aux arbres du printemps.
Il prit le cornet qui contenait la poudre magique et gagna l'écurie, suivi de Violette et des trois amis. Là, il sella le meilleur cheval, et, marchant tout doucement, il arriva jusqu'à la loge où dormait le geôlier, les clefs à la ceinture. Au bruit des pas, l'homme s'éveilla et voulut crier; il n'avait pas ouvert la bouche, que Perlino y jetait l'or potable, au risque de l'étouffer; mais, loin de se plaindre, le geôlier se mit à sourire et retomba sur sa chaise en fermant les yeux et en tendant les mains. Se saisir du trousseau, ouvrir la grille, la refermer à triple tour, et jeter dans l'abîme ces clefs de perdition pour enfermer à jamais la convoitise dans sa prison, ce fut pour Perlino l'affaire d'un instant. Le pauvre enfant avait compté sans le trou de la serrure: il n'en faut pas plus à la convoitise pour s'échapper de sa retraite et envahir le coeur humain.
Enfin, les voilà en route, tous deux sur le même cheval: Perlino en avant, Violette en croupe. Elle avait passé les bras autour du cou de son bien-aimé, et le serrait bien fort pour s'assurer que le coeur lui battait toujours. Perlino tournait sans cesse la tête pour revoir la figure de sa chère maîtresse, pour retrouver ce sourire qu'il craignait toujours d'oublier. Adieu la frayeur et la prudence! Si l'écureuil n'avait plus d'une fois tiré la bride pour empêcher le cheval de butter ou de se perdre, qui sait si les deux voyageurs ne seraient pas encore en chemin?

Le prince-caniche, Édouard de Laboulaye
I had to put this in somewhere in this blog. Not much vore, but a slight tinge, and fulfilment of two of my great fetishes: one is coughing up blood due to a punctured lung, and the other is giving an unconscious person to drink. A quadragenarian general, shot in the chest and obviously dying of a punctured lung, is given brandy to drink. Great description of a hemopneumothorax, and one of my favourites! This snippet inspired the Lützen arc of the Ringstetten Saga:

Son cheval blessé s'abattit et manqua 
de l'écraser, rien n'effrayait le prince. Tout au 
contraire, la poudre et le sang l'enivraient. Il
sauta sur un cheval égaré, et, la tête nue, les 
cheveux au vent, l'épée à la main, ce fut aux cris 
de : Vive le roi ! qu'il rallia ses troupes, et que, 
victorieux enfin, il entra dans l'église, foulant 
aux pieds de sa monture les morts et les mou- 
rants. 

Une lois là on se reconnut. 

« Où est le baron? demanda Jacinthe. 
— Sire, on l'a porté dans la maison voisine ; 
il est blessé. » 

Le prince courut auprès de son vieil ami; il le 
trouva couché sur une botte de paille et donnant 
des ordres pour que l'artillerie, prenant l'en- 
nemi en écharpe, achevât la victoire. Le baron 
avait la bouche pleine de sang, c'est à voix basse 
qu il parlait à son aide de camp, une balle lui 
avait traversé la poitrine. 

« Cher général, dit Jacinthe, j'espère que cette 
blessure ne sera rien, et que vous jouirez bientôt 
de votre triomphe. 

— Mon compte est réglé, dit le baron ; je n'en 
ai pas pour longtemps. C'est égal ; l'ennemi a 
son affaire, et ce n'est pas de nous que riront les 
Gobemouches ! Sire, occupez-vous de l'armée ; 
tout n'est pas fini ; adieu et merci.

Jacinthe sortit la tête baissée pour cacher une 
larme ; le baron appela un soldat. 

 Y a-t-il ici une goutte d'eau-de-vie ? de- 
manda-t-il. 

— Voilà, mon général, dit le sergent Lafleur 
en détachant sa gourde. 

— Merci, mon vieux. Enveloppe-moi dans mon 
manteau et mets-moi sur le côté. Le rêve a été 
beau, mais il est court. Bonsoir. » 

Ce furent ses derniers mots. Il ne bougea plus; 
une heure après il était mort. 
Histoire chimique et physiologique d'une bouchée de pain, Joseph Carrier
Not exactly European French, but French Canadian/Québecois. A thorough description of, well, what happens to a piece of bread after you have put it to your lips. Meant for a Catholic scientific society:
Les doigts de la main sont mus par 27 muscles dont 9 fléchisseurs et 3 extenseurs pour porter ce morceau de pain à notre bouche. La bouche est pour ainsi dire l'anti-chambre ou le vestibule du canal alimentaire. Elle reçoit d'abord sans distinction, ni résistance, tout ce qu'on lui offre, sauf les substances dont l'odeur repoussante offense le sens de l'odorat qui est placé, comme une sentinelle vigilante, à l'entrée même et un peu au-dessus de la bouche. La matière offerte est déposée sur la langue qui, au moyen de ses innombrables papilles, en discerne vitement la bonne ou mauvaise saveur. Le morceau de pain, ne présentant presque pas d'odeur ni de saveur, est volontier accepté et retenu pour lui faire subir l'opération de la mastication, ce qui se fait a a moyen des dents, surtout des molaires. L'ensemble des 14 ou 16 dents, (selon l'âge des personnes,) de chaque mâchoire, peut, avec justesse, se comparer aux deux meules d'un moulin à farine. Comme celles ci ont moulu nos grains de froment par un mouvement rotatoire de l'une sur l'autre, qui est immobile ; de même nos mâchoires vont moudre, ou pour mieux dire mastiquer ce morceau de pain cuit, par une sorte de mouvement de va-et-vient de la mâchoire inférieure qui est mobile, sur la mâchoire supérieure qui est immobile ou à peu près. Pendant l'opération de la mastication qui, soit dit en passant, ne doit jamais être précipitée, excepté dans les buffets des stations de chemins de fer, de peur de manquer le train... pendant cette opération, dis-je, la mâchoire inférieure en mouvement continu presse sur deux glandes appelées parotides qui se trouvent un peu en avant et en bas des oreilles, et qui sécrètent un certain fluide qu'on appelle salive. Cette substance aqueuse se déverse par de petits conduits dans l'intérieur de la bouche ; et, de là, elle se mêle à la matière en voie de mastication et la prépare pour la déglutition, et un peu aussi pour la digestion en même temps qu'elle facilite la mastication par le délayage. La langue, elle-même, qui joue un rôle très actif dans l'opération de la mastication par le mouvement flexible et varié de ses muscles, excite aussi l'action secrétive d'autres glandes que l'on nomme sousmaxillaires et sous-linguales à raison de leurs positions respective,, et qui fournissent, à leur tour, leur quota de salive. La composition de la salive est comme il suit : Dans 1000 parties, il y en a 995 d'eau ; 1 1/3 de matières albumineuses ; 1 3/4 de matières minérales, et presque 2 de tissus membraneux, appelés épithélia. Notre bouchée de pain, bien mastiquée et bien ensalivée, est ramassée en une espèce de boulette par un tour dextrement exécuté de la langue qui la force dana l'ouverture de l'œsophage appelée pharynx. Ayant écarté la luette, la boulette de pain se trouve à l'entrée du gosier ; et, là, une double rangée de muscles ou fibres musculaires appartenant au pharynx les. uns placés longitudinalement pendant que les autres sont disposés dans une direction circulaire, vont entrer en fonction après avoir fait franchir, avec succès, l'écueil que présente l'orifice du larynx. La présence de matières alimentaires excite à une action spontanée et toute réflexe ces mêmes tissus musculaires qui à la fois agissent longitudinalement et circulairement ; c'est-à-dire en se resserrant à peu près comme font les doigts quand on ferme la main, et en poussant, de haut en bas d'une manière uniforme et douce, tout ce c|ui se trouve dans le canal de l'œsophage. On appelle ce curieux et complexe mouvement action péristaltique ou vermiculaire, parce qu'il ressemble un peu au mouvement du ver de terre qui rampe sur le sol. Telle est l'opération de la déglutition. Voilà notre boulette de pain amenée au bout inférieur de l'œsophage par une action qui est tout indépendante de la volonté, comme d'ailleurs toutes celles qui vont suivre, et que, pour cette raison, on appelle mouvement ou actions réflexes, parce que leurs sensations n'arrivent pas au cerveau, ou plutôt au cervelet : elles sont réfléchies ou retournées vers les fibres motrices des muscles d'où elles prennent leur origine. Arrivée au bas de l'œsophage, la boulette rencontre des bandes musculaires qui tiennent fermé l'orifice de l'estomac et en défendent l'entrée jusqu'à ce qu'une pression quelconque d'en haut force cet orifice à s'ouvrir, et la boulette tombe dans une espèce de sac assez volumineux que l'on nomme estomac. Chez un grand nombre d'animaux, surtout chez les quadrupèdes ruminants, les aliments n'arrivent pas aussi directement, ni aussi lestement dans ce réservoir musculo-membraneux, que chez l'homme. Chez ceux-là, en effet, on observe des antichambres et même des antichambres d'antichambres plus ou moins volumineuses, de l'estomac proprement dit. 
Jusque là, la bouchée de pain n'a subi aucune altération appréciable dans sa composition ; elle possède encore intégralement ou à peu près, toutes les qualités physiques qu'elle avait avant son introduction dans la bouche. La saveur, la couleur, le goût, tout y est encore ;
mais tout cela va, bientôt disparaître ; il n'en restera absolument rien ou presque rien, selon que les matières qui sont admises dans l'estomac sont digestibles ou indigestibles. 
Une série de changements chimiques va encore s'opérer ici et jusqu'à la fin. Suivez-moi, je vous prie : nous allons voir des décompositions, des altérations et des combinaisons aussi radicales qu'étonnantes et nombreuses. L'estomac est une vaste cavité, ou sac musculaire et membraneux s'ouvrent, en haut, dans l'œsophage par l'orifice cardiaque, et, en bas, dans le duodénum ou première partie de l'intestin grêle, par l'anneau pylorique. Sa forme est conoïde et allongée, et ressemble assez à la cornemuse des Ecossais. Il jouit de trois principales propriétés physiologiques, savoir : lo celle de pouvoir se contracter plus ou moins violemment lorsque des aliments ou autres matières quelconques y ont été introduits, et de les rejeter par la voie œsophagienne. C'est ce qu'on appelle régurgitation ; 2o celle de sécréter, pendant la digestion seulement, un jus spécifique acide qu'on nomme suc gastrique qui est l'agent principal de cette très importante fonction ; car, si cette fonction est dérangée, c'est-à-dire notable- ; ment accélérée ou retardée, ou arrêtéé, tout le corps souffre, le marasme se présente, et la mort peut même survenir à bref délai ; c'est ce que tous les médecins nous disent ; 3o celle d'offrir une sensation, aui generis, comme l'on dit, qui est l'appétit ou la faim. L'estomac, à l'état normal, ne ressent pas plus tôt la présence d'un aliment quelconque dans son intérieur que des milliers de très petits tubes ou follicules, qui ont leur origine dans autant de petites glandes logées dans la profondeur des parois membraneuses de l'estomac même et leur embouchure dans l'intérieur de cet organe, se mettent énergiquement à l'œuvre pour sécréter ce suc liquide aqueux et acide, et le mêler aux aliments, pendant qu'un certain léger mais constant mouvement oscillatoire et circulaire d'un côté à l'autre, d'un bout à l'autre, pétrit pour ainsi dire toute la masse et l'imprègne de ce jus gastrique qui va la transformer lentement, mais sûrement. C'est ce qu'on appelle l'opération de la digestion. L'exudation du jus ou suc gastrique peut se comparer à la perspiration qui se fait sur la surface de la peau. Connne celle-ci humecte l'épiderme cutané, de même le suc gastrique humecte la membrane muqueuse de l'estomac, y La présence du jus gastrique a pour premier effet de ramollir et de désagréger, ensuite de transformer peu à peu les aliments en une sorte de bouillie épaisse et grisâtre, qne l'on nomme chyme. C'est l'opération de la chymification, qui est un phénomène tout à fait
chimique ; car, à peu près tous les ingrédients, qui existaient dans notre boulette de pain, ont été décomposés et de nouveaux corps, avec de nouvelles propriétés tout à fait différentes des premières, ont été formés. La composition du suc gastrique est ainsi qu'il suit : Dans 1000 parties, il y en a 975 d'eau ; 15 de matières albumineuses ; 6 d'acide lactique, et 5 de matières minérales. Chacun de ces ingrédients est un composé. La matière albumineuse du jus gastrique se nomme pepsine, du grec peptein, qui veut dire cuire, parce que cette importante substance agit comme un ferment dans la digestion des aliments. Mais la pepsine, tout active et énergique que soit son action, n'a pas d'effet sur certaines substances qui lui sont réfractaires, telles qae la graisse, les huiles, la fécule, tandis qu'elle digère promptement le maigre de la viande. Lorsque le chyme, mélangé comme nous venons de le dire, de substances plds ou moins digérées ou simplement désagrégées, est formé, le pylore se relâche, et l'estomac, comme s'il était doué de raison, commence à exécuter des mouvements pénstaltiques qui poussent peu à peu la masse alimentaire vers cet orifice, et entre, de là, dans le duodémum et le jéjunum et l'ileum ; et c'est dans cet intestin grêle que le chyme devient, par d'autres transformations chimiques, le chyle. Cette transformation du chyme en chyle s'opère au moyen de deux sucs : le suc biliaire et le suc pancréatique. Le premier se forme dans une sorte de sac membraneux du foie appelé vulgairement vésicule du fiel. Il s'y amasse comme dans un réservoir, et pénètre ensuite dans le duodénum par un petit tube ou conduit de la bile. Ce jus est un liquide d'une couleur verdâtre tirant un peu sur le jaune, est fort amer et de nature alcaline. Le jus pancréatique vient du pancréas qui n'est autre chose qu'une grosse glande située derrière l'estomac et un peu en bas, sécrétant ce jus qui a l'apparence de la salive et les propriétés du blanc d'œuf. Nous avons appris que le chyme, en entrant dans l'intestin grêle, dans le duodénum, contient des matières digérées par le suc gastrique et d'autres qui n'ont pu l'être par lui, sinon complètement du moins qu'en partie. Le chyme venant en contact avec le jus pancréatique a toutes les matières oléagineuses qu'il contient digérées par une espèce d'émulsion que ce jus produit. Quant à l'amidon, qui n'a été affecté ni par le jus gastriqr.e, ni par le suc pancréatique, se sont les jus intestinaux qui, comme le jus gastrique dans l'estomac, tapissent tout le parcours de l'intestin grêle, se chargent de le décomposer et de le digérer. Alors seulement la digestion est terminée. Le chyle qui est alors d'une couleur blanche et ressemble beaucoup au lait, se sépare en deux parties très distinctes : la partie digérée et celle qui ne l'est pas, ou n'a pu l'être ; la  partie digérée va être absorbée par l'intestin grêle et incorporée dans le sang pour être finalement assimilée aux diverses parties du corps, et la partie non digérée entrera dans le gros intestin et sera rejetée au dehors comme non seulement inutile mais nuisible. Mais, me-demandera-t-on peut-être, quelle est la fonction de la bile ? C'est là une question très obscure. D'après les dernières recherches faites à ce sujet, il paraîtrait que la bile ne sert aucunement à la digestion, puisque, à l'encontre du jus gastrique, elle est constamment sécrétée et est versée, sans intermission, dans le duodénum, qu'il y ait, là, du chyme ou non. Mais on suppose qu'en se mêlant au chyle, ce suc y est lui-même décomposé en certaines auti'es substances non encore connues et qui entrent dans le courant de la circulation. On suppose tout cela avec d'autant plus de raison que ce jus toujours très abondant dans le duodénum devient de plus en plus faible dans le parcours de l'intestin grêle et finit par disparaître tout à fait. On sait aussi qu'il n'a pas été rejeté hors du corps. Il faut donc qu'il soit entré dans la circulation et incorporé dans le sang sous d'autres substances. Qu'il soit, sous une forme ou une autre, nécessaire au sang, c'est très évident ; car, si ce suc n'est pas sécrété, ou s'il est empêché d'entrer dans le canal intestinal, l'animal, qui en est ainsi privé, devient faible, maigrit rapidement, et meurt infailliblement en peu de temps. Mais je m'aperçois que nous avons un peu perdu de vue notre bouchée de pain, que nous avons laissée dans la cavité stomacale sous la forme d'une petite boulette. Revoyons-là, et suivons ses étonnantes transformations successives et ses pérégrinations mystérieuses. S'il n'y a qu'elle seule dans l'estomac, le suc gastrique, qui a vite remarqué son arrivée, s'acharne, pour ainsi parler, sur elle par mille et mille petites ouvertures, et bientôt s'en empare tout à fait, non pour le dévorer, mais pour le décomposer, c'est-à-dire pour le digérer.
Voilà qui est fait ; cela a pris à peu près 20 minutes ou moins. Voyez-vous notre boulette réduite en une bouillie grisâtre qui ne demande qu'à sortir du sac où elle a été ballotée, brassée, tournée et retournée en tous sens. On lui délivre son passeport, et on la met.... à la porte, qu'elle franchit lestement et sans aucune difficulté, car sa masse tiendrait dans une cueiller à soupe et est presque liquide. Ayant passé le pylore, elle rencontre à quelques pouces de là, 2 ou 3 au plus, une inconnue bien connue de nom, mais qui s'obstine à rester.
jusqu'à cette heure, inconnue dans son action bienfaisante. C'est la bile qui va lui tenir compagnie pendant un trajet d'une vingtaine de pieds pour disparaître ensuite totalement et d'une manière fort mystérieuse, comme on vient de le dire. Tout à côté de l'endroit où notre bouchée de pain, sous forme de chyme, rencontre le suc biliaire avec lequel elle se mêle sans en êire autrement affectée, elle reçoit les sécrétions du pancréas qui ne l'affectent pas non plus d'une manière appréciable, vu que le chyme du pain ne contient que des traces de matières oléagineuses, qui seules sont décomposées par la pancréatine. Mais voici qu'une multitude de petits conduits lui apportent une quantité considérable de ces sucs intestinaux qui décomposent tout l'amidon du chyme et le convertissent en sucre. C'est l'opération de la chylification. La bouchée de pain transformée en chyme était de couleur grisâtre ; changée en chyle, elle devient blanchâtre et elle ne va pas tarder à devenir rougeâtre. Quelles étonnantes transformations ! Le suc intestinal ayant maintenant complètement terminé son travail propre, il ne reste absolument rien de notre bouchée de pain qui ne soit radicalement transformé en de nouvelles substances absolument différentes de celles qui la constituaient, sauf quelques parcelles extrêmement minimes et en fort petite quantité qui n'étaient pas susceptibles de digestion, et qui doivent être rejetées au dehors. Que va devenir cette matière d'apparence laiteuse, le chyle, qui provient de la bouchée de pain! Elle va parcourir, par la même action péristaltique ou vermiculaire dont nous avons parlé, toute l'étendue de l'intestin grêle, qui n'a pas moins, chez l'homme, de 25 pieds de longueur, où elle trouvera, sur ses parois, une infinité de petites élévations sous forme de filaments coniques appelés villi. Ces villi sont tellement nombreux qu'ils donnent à la surface interne de l'intestin l'apparence du velours. Chaque villus est pourvu d'un réseau de très petits vaisseaux à travers lesquels le sang circule constamment et librement. Mais les villi n'ont pas, comme les tubules gastriques, d'ouvertures, alors comment le chyle entre-t-il dans la circulation ? Il y entre par un procédé bien connu en physique qui s'appelle osmose. C'est une force qui permet à un liquide de passer à travers la cloison d'une membrane humectée de nature animale. Et c'est justement ce que fait le chyle : il passe à travers la cloison des villi et se mêle au sang qu'il y rencontre. Cette opération s'appelle absorption. Voilà donc maintenant notre " Bouchée de pain ", non-seulement transformée, mais encore transportée du canal intestinal aux canaux ou vaisseaux sanguins. Là, elle se mêle au sang, l'enrichit de toutes ses substances nutritives, et l'aide puissamment dans la formation des globules ou corpuscules colorés qui donnent une couleur rougeâtre au sang. Puis, finalement, elle entre dans le grand courant de la circulation. Chaque villus est la source d'autant de petits courants ou ruisseaux qui finis- sent par se rencontrer et se confondre, et forment, en grande partie, par leur réunion, une grande rivière qu'on nomme veine-porte, ainsi appelée parce qu'elle porte son contenu, le sang, au foie qu'il pénètre dans toutes ses ramifications. De là, il en sort par la veine hépatique qui se décharge dans la veine-cave abdominale qui, à son tour, se décharge dans l'oreillette droite du cœur. Poursuivant infatigablement, et sans jamais cesser un seul instant, sa course rapide, le sang, avec toutes les substances nutritives diverses que lui a apportées notre bouchée de pain, et après d'être purifié et ranimé dans lea poumons par l'action de l'oxygène de l'air qu'il y rencontre, se promène jusqu'aux extrémités du corps, pénètre tous les organes et apporte à tous sa quote-part convenable de nourriture : à celui-ci, la dentine ; à celui-là, l'ostéine ; à cet autre, la chéline ; à cet autre encore, la chondrine, la kératine, la musculine, et cent autres tissus qu'il serait bien trop long d'énumérer. Et, tous ces tissus divers ou peu s'en faut, ont été nourris d'une manière plus ou moins appréciable par notre bouchée de pain.

Histoire d'une bouchée de pain, Jean Macé
A thorough two-volume commentary on human and animal physiology, eloquently written for a young girl at boarding school:
https://archive.org/details/histoiredunebouc00mac